Intelligence collective de crise : Aperçus et leçons clés du Cameroun et du Népal

par | Juin 28, 2022 | Thought Pieces

Co-écrit par la Croix-Rouge du Népal, la Croix-Rouge du Cameroun, et l’Académie de Solférino de la FICR

La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge travaillent auprès des communautés du monde entier. Nous nous sommes posés la question suivante : comment pouvons-nous mieux co-concevoir et prototyper les technologies émergentes en plaçant les communautés au cœur du processus humanitaire ? Au cours de l’année écoulée, la Croix-Rouge du Népal, la Croix-Rouge du Cameroun, Nesta UK et l’Académie de Solferino de la FICR ont entrepris cette réflexion. Les équipes ont exploré comment les technologies émergentes, en particulier l’intelligence artificielle (IA), pouvaient contribuer à l’efficacité du travail humanitaire en impliquant les communautés dans la conception, dans deux contextes très différents. Ce projet a été réalisé pendant une pandémie mondiale, avec diverses situations d’urgence en cours et les complexités quotidiennes de la réponse humanitaire.

Les méthodes d’intelligence collective de crise combinent l’intelligence collective des acteurs des communautés locales (par exemple, les bénévoles des antennes locales) avec un large éventail de sources de données supplémentaires, d’intelligence artificielle et d’analyse prédictive, pour soutenir la gestion de crise et réduire les impacts dévastateurs des crises humanitaires. (Voir notre article : Présentation de l’intelligence collective – et la recherche Nesta).

Le projet d’intelligence collective de crise est l’une des premières tentatives de développer et de tester de nouvelles méthodes pour impliquer les populations touchées par les crises et les intervenants de première ligne dans le développement, l’évaluation et l’utilisation de nouveaux modèles d’IA prédictive.

Inscrivez-vous maintenant

Rendez-vous jeudi 19 juillet pour en savoir plus sur les expériences des Sociétés nationales du Népal et du Cameroun!

> Cliquez ici pour vous inscrire

Croix-Rouge du Népal – Prototype  » Articles de secours non alimentaires « 

Crédit photo : Sarita Dhungana, Croix-Rouge du Népal

La Croix-Rouge du Népal a mené un projet d’intelligence collective de crise dans le domaine des articles de secours non alimentaires (NFRI). Elle a organisé un certain nombre de discussions et d’ateliers – virtuels et en personne – afin d’apprendre et de co-concevoir avec les communautés locales. Plus de 1000 personnes ont participé aux ateliers, tant au siège que dans les districts locaux. L’équipe a organisé quatre ateliers (2 virtuels et 2 en personne) avec le siège de la Société de la Croix-Rouge du Népal (NRSSC), l’équipe du NFRI, et trois ateliers dans 3 districts différents (dans la montagne, la colline, et la plaine).

L’intelligence collective est le partage de connaissances et d’idées à l’aide de personnes, de données et d’outils scientifiques. Le modèle d’intelligence collective de crise peut être appliqué dans d’autres projets, pour saisir les besoins de la communauté. Les équipes de projet au sein de la Croix-Rouge népalaise peuvent être sensibilisées pour concevoir le projet du point de vue de la recherche qui répond le mieux aux besoins de la communauté. Dans l’ensemble, les recommandations du projet seront adoptées par lea Croix-Rouge du Népal et incorporées dans le futur « Manuel NFRI » afin de renforcer et de standardiser le système NFRI de la Croix-Rouge du Népal.

Ce projet d’innovation a réuni des équipes pour apprendre et réfléchir davantage sur l’intelligence artificielle (IA). La méthodologie du projet était nouvelle pour les équipes et les a aidées à parler davantage du soutien aux personnes de la communauté en cas d’urgence. En résumé, le produit de cette recherche aidera la Croix-Rouge du Népal à mieux prévoir les différents groupes de NFRI, et il pourrait contribuer à la rentabilité et à l’efficacité des services. La Société nationale est désormais intéressée par le développement d’un outil technologique pour les donneurs de sang et la prévision des besoins par le biais d’un processus de recherche de tous les centres de sang en analysant la demande et l’offre.

Croix-Rouge camerounaise – Prototype « Report and Respond » (rapport et réponse)

Crédit photo : Croix-Rouge camerounaise, Département de la communication

Le projet d’intelligence collective de crise de la Croix-Rouge camerounaise s’est attaqué aux rumeurs et à la désinformation en expliquant en détail comment sensibiliser et recueillir les réactions de la communauté. La Société nationale, soucieuse du bien-être des communautés, réfléchit à la manière de saisir et de trouver des réponses aux rumeurs de manière efficace et opportune.

Pour l’avenir, la Croix-Rouge camerounaise s’efforce d’intégrer la méthodologie de l’intelligence collective de crise dans les différents projets, car elle y voit un outil efficace et performant pour sensibiliser les communautés. Les décisions futures pourraient faire de l’intelligence de crise un outil indispensable dans la mise en œuvre des projets. Au vu des attentes fondées par cette réflexion, le développement d’un tel projet permettrait à la Société nationale d’offrir un outil compétitif pour capter et répondre aux rumeurs par le biais de solutions numériques.

L’équipe a également adopté une approche basée sur le réseau afin d’impliquer des personnes au-delà du projet pour favoriser une appropriation partagée. Lors des ateliers à Yaoundé, des employés de départements autres que celui de la communication ont été impliqués et formés. La Croix-Rouge camerounaise a opté pour un modèle de formation des formateurs, dans lequel elle a formé des équipes pour former des volontaires. Au départ, la stratégie de renforcement des capacités consistant à former directement les volontaires a permis d’amener le personnel de la Croix-Rouge du Cameroun à recevoir une formation des formateurs et à contribuer à la formation des volontaires, ce qui a permis à ces derniers de s’approprier davantage la formation. Pour le personnel de la Croix-Rouge camerounaise, cela a permis non seulement de superviser les volontaires avec facilité, mais aussi de comprendre les enjeux du projet en cours et d’envisager sa pérennité.

La Croix-Rouge camerounaise étudie actuellement comment partager des informations spécifiques sur cette nouvelle technologie avec nos communautés et les parties prenantes locales. Lors de l’utilisation de technologies émergentes dans notre travail humanitaire, il est nécessaire d’avoir un langage et une compréhension communs pour combler le fossé numérique.

Quelques leçons clés, par nos équipes

  • Le degré d’engagement des volontairesest important pour le succès. Cela façonne le développement – en combinant le feedback pour améliorer le fonctionnement de l’outil.
  • Les valeurs et les contextes communautaires jouent un rôle important dans l’élaboration de toute technologie. Cela s’accompagne de défis et de dilemmes éthiques pour protéger les communautés vulnérables et adhérer aux valeurs humanitaires.
  • La méthodologie d’innovation a donné aux Sociétés nationales l’occasion d’apprendre de nouvelles méthodes de travail à partir de la méthodologie/modalités de projet, d’explorer les modèles informatiques d’intelligence artificielle (IA) avec l’engagement de la communauté, et de faire preuve de créativité dans la gestion des contraintes et des défis.
  • Si lesmodèles d’IA ne peuvent pas être réutilisés pour tous les types d’engagement, le processus et l’apprentissage peuvent l’être.
  • Le processus innovant nécessite l’engagement de la communauté locales, cependant, les retours sur ce sujet ne sont pas souvent possibles dans des conversations normales. Les équipes doivent prévoir la sécurité et des moyens alternatifs pour obtenir des informations.
  • Il faut traduire les outils et les processus/méthodologie pour combler le fossé et favoriser l’apprentissage organisationnel.
  • La fracture numérique et l’infrastructure des données sont des obstacles à la réalisation du plein potentiel des technologies émergentes intégrées dans notre travail.

Prochaines étapes

Nous pouvons mieux écouter la communauté avec des outils modernes et numériques.

Hyacinthe Olinga Eloundou, Directeur de la Communication et de la promotion des Valeurs Humanitaires, Croix-Rouge camerounaise.

S’il est clair qu’il existe de nombreuses applications techniques intéressantes de l’IA qui peuvent améliorer l’efficacité de notre travail humanitaire, l’objectif de l’IA pour le secteur humanitaire doit être de protéger et d’honorer les personnes touchées par une crise dans leur droit à une réponse de haute qualité (par opposition à l’amélioration des acteurs internationaux/flux de financement/objectifs). Nous pensons que l’IA responsable et participative dans notre secteur se résume à l’adaptation, la création et le soutien de systèmes de bonne gouvernance locale. Pour que ces systèmes fassent partie intégrante des lieux où les données seront collectées, et donc où la vulnérabilité des données et de l’identité existe, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pourrait se concentrer sur le soutien des initiatives où les collaborations des institutions locales et des organisations (civiques) locales donnent un sens pratique au nouvel ensemble de réalités et de responsabilités apporté par l’IA. La possibilité de créer des systèmes d’IA hautement participatifs permet à ces démonstrations de remodeler la dynamique entre les personnes (touchées par la crise), les organisations (civiques) et les institutions. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge seront bien placés pour faciliter l’innovation dans cette interface, grâce à leur identité unique de communauté et en tant qu’auxiliaires des gouvernements.

Grâce à ce projet, des collègues au Népal et au Cameroun ont identifié et compris les implications de la technologie des données sur leurs opérations et leur organisation, ce qui a une plus grande signification pour l’organisation dans son ensemble. Il est donc essentiel que certains acteurs de notre organisation soient des pionniers et testent les limites de ces nouveaux développements, car nous facilitons l’apprentissage collectif pour nous assurer que nous tirons profit de notre modèle en réseau.

Quelques questions à explorer

  • Comment nous positionner pour être à l’avant-garde du développement d’une IA profondément éthique ?
  • Comment gérons-nous les risques liés au stockage des données et à l’identité humanitaire ?
  • Qui est le « propriétaire » des données et des processus de données ? (par exemple, le contrôleur des données) ?
  • Comment explorons-nous les technologies émergentes et abordons-nous simultanément la fracture numérique dans notre travail ?

Plus encore que l’apprentissage du développement d’outils et son impact sur les opérations des Sociétés nationales, ce projet nous a donné la chance de commencer à avoir ces discussions critiques en tant qu’organisation mondiale. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces projets, n’hésitez pas à nous contacter ! [email protected]

L’Académie de Solférino tient à remercier les partenaires de ce projet pour leur collaboration à une initiative aussi ambitieuse et souvent difficile. Nous remercions L’équipe de la Croix-Rouge camerounaise (y compris les incroyables équipes de l’engagement communautaire et redevabilité), l’équipe de la Croix-Rouge du Népal, Nesta UK (y compris les brillants chercheurs en science des données), UK Humanitarian Innovation Hub, OpenLab (NewCastle University) et les nombreuses équipes (régionales) et collègues de la FICR qui ont apporté leur aide et se sont impliqués de diverses manières tout au long du processus.

Illustration: Technograms par ©Cartoonbase

0 commentaires

Laisser un commentaire