Les sept transformations

Your Strategy

Disponible en: Anglais

Pourquoi Stratégie 2030?
Les cinq défis mondiaux
Les sept transformations
Comment le monde change-t-il
Domaines prioritaires internes
Consultation sur mise en œuvre de la Stratégie 2030
Activités

Découvrez les tendances qui influencent les changements de notre monde

Sept transformations potentielles pour relever les cinq défis mondiaux

Les consultations indiquent sept transformations potentielles que le réseau de la FICR devra adopter pour relever les 5 défis mondiaux.

Acteurs locaux forts
La Stratégie 2030 reconnaît l’importance vitale de l’investissement dans l’indépendance organisationnelle, la viabilité, l’efficacité et les capacités décisionnelles des Sociétés nationales. Toutefois, de nombreuses pratiques et approches actuelles risquent de compromettre la capacité à long terme des Sociétés nationales de mener à bien les activités dont les communautés ont tant besoin. Les Sociétés nationales s’efforceront de se transformer pour mieux anticiper les changements rapides et importants qui se produisent dans le monde, et s’y adapter, en faisant preuve de vision et de souplesse. Elles pourront ainsi agir plus rapidement pour tirer parti des possibilités qui peuvent favoriser le développement et les gains humanitaires. Cette transformation doit passer par le démantèlement des bureaucraties rigides, des hiérarchies ouvertes, du contrôle et des programmes verticaux, et de la concurrence. Pour ce faire, nous devons acquérir de nouvelles compétences, changer les mentalités et les approches, et investir dans les dirigeants, le personnel et les volontaires afin de veiller à qu’ils soient idéalement placés pour faciliter, rassembler, communiquer et apprendre, à ce qu’ils fassent preuve d’honnêteté, de redevabilité, de créativité et de curiosité, et à ce qu’ils soient capables de rechercher des possibilités de changement.

Les Sociétés nationales miseront sur le rôle de la culture organisationnelle dans la promotion de ces changements, en s’appuyant sur un leadership visionnaire qui constituera une source d’inspiration et encouragera des cultures sûres et inclusives, ainsi que des espaces d’expérimentation et d’innovation. Nous devrons pour cela faire preuve d’une plus grande tolérance au risque et d’une capacité d’apprentissage et d’adaptation à mesure que nous avancerons. Les Sociétés nationales miseront également sur la confiance, les partenariats et l’indépendance financière, ainsi que sur les contributions cruciales des communautés et des volontaires pour générer des idées et susciter le changement. Ces questions sont mises en évidence dans la Stratégie 2030 en tant que domaine de transformation à part entière.

Cette feuille de route pour les Sociétés nationales impose de grands changements sur le plan du développement du leadership et de la gouvernance. Ces prochaines années, il sera essentiel de continuer de déceler et de soutenir les dirigeants qui incarnent les principes et les valeurs humanitaires que nous plaçons au centre de notre action. Le réseau élaborera des stratégies ciblées pour investir dans le développement des dirigeants actuels et futurs, et en particulier des dirigeantes, et dans la mise en place de mécanismes de gouvernance efficaces. Nous nous emploierons à doter les dirigeants des compétences, des valeurs et des capacités dont ils ont besoin pour guider leurs organisations respectives dans un processus de changement profond et pour incarner la culture et les valeurs qui caractérisent l’action humanitaire fondée sur des principes. Les Sociétés nationales doivent jouer un rôle plus important dans l’établissement de leurs priorités et avoir davantage voix au chapitre dans toutes les décisions portant sur les opérations menées sur leur territoire. Chacune d’entre elles se profilera comme la Société nationale « cheffe de file » dans son pays. En outre, elles se doteront de stratégies et de plans clairs, seront en mesure de choisir là où elles ont besoin d’un soutien et comment, et auront une place à la table des décisions relatives à l’affectation des ressources et aux investissements. Ainsi, sur leurs territoires respectifs, les décisions et les actions seront dirigées par les Sociétés nationales, ainsi que par les personnes et les communautés qui sont au centre de leurs activités. Au cours de la décennie d’application de la Stratégie, les Sociétés nationales recevront un soutien pour fonctionner au sein d’un formidable réseau mondial qui renforce et améliore leurs approches, leur pertinence et leur viabilité, sans diminuer leurs capacités et leur autonomie. Les Sociétés nationales qui apportent un soutien élaboreront leurs plans conformément à ces principes, et fourniront une assistance aux Sociétés nationales cheffes de file dans leurs pays respectifs dans le respect des cibles et des objectifs définis par ces dernières.

Le réseau de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge mettra à l’essai des moyens plus efficaces de collaborer avec des mécanismes de coordination et de coalition plus larges afin de réduire la bureaucratie, de rationaliser les procédures administratives et de compte rendu, et d’atténuer la pression exercée sur les Sociétés nationales.

La Fédération internationale continuera de renforcer le rôle de cheffe de file qu’elle joue dans la coordination de l’assistance internationale au sein du réseau, en assumant des fonctions de facilitation et d’organisation, et en permettant une coopération plus efficace et innovante, dans le respect des objectifs de la Société nationale cheffe de file. Tous les efforts de développement des Sociétés nationales seront conçus et mis en œuvre dans une perspective à long terme et coordonnés entre toutes les composantes du Mouvement, afin d’opérer un véritable changement qui permettra aux Sociétés nationales de prospérer.

Un réseau efficace
La structure en réseau qui sera la plus efficace à l’avenir est celle qui donne la priorité à la connectivité, à la coordination et à l’action collective – la capacité de travailler au sein d’une structure de réseau et à travers celle-ci. Cette structure doit être moins centralisée, moins hiérarchique et moins descendante, et doit plutôt prendre la forme d’un groupe dynamique d’organisations locales qui sont indépendantes, mais très connectées. Ce principe s’applique aussi bien à nos méthodes de travail au sein de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qu’à nos relations et partenariats à l’extérieur de notre réseau. Le système humanitaire s’est considérablement étendu ces dernières années pour englober de nouveaux types d’action, et cette communauté élargie est reliée à de nombreux autres systèmes mondiaux, avec lesquels elle interagit. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge jouent un rôle important dans ce processus, mais notre système n’est pas isolé. Au cours de la prochaine décennie, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge élargiront considérablement leurs réseaux, en nouant des partenariats et des collaborations avec un vaste éventail d’acteurs locaux, régionaux et mondiaux et en s’ouvrant à des relations en dehors du réseau humanitaire traditionnel.

Nous nous efforcerons d’être un bon partenaire et d’établir des partenariats, des coalitions et des collaborations fructueux pour renforcer notre impact et résoudre ensemble les problèmes. Nous reconnaissons que de nombreux facteurs différents influencent la vie et le parcours des personnes, pour le meilleur ou pour le pire, et que nous devons être capables de travailler entre les systèmes et d’établir des liens avec toute une série d’acteurs nouveaux pour obtenir un impact plus large. Nous optimiserons et élargirons les initiatives transfrontalières, les initiatives conjointes et les initiatives menées en réseau afin de mobiliser, au niveau local, des personnes et des institutions du monde entier pour soutenir collectivement la réponse aux crises et aux défis majeurs.

La Stratégie 2030 prévoit un renforcement des liens et de la collaboration entre les Sociétés nationales et les autres acteurs à tous les niveaux, fondé sur une communication plus ouverte, directe et décentralisée. Le Secrétariat de la Fédération internationale et les autres composantes du Mouvement actives au niveau international élaboreront des approches qui encouragent les rapprochements entre les membres du réseau, qui favorisent une communication et des relations plus horizontales et plus directes, et qui renforcent la prise de décisions au niveau le plus local possible. Notre réseau accordera la priorité au partage des connaissances et cherchera des moyens de développer l’intelligence collective. Pour ce faire, nous devrons apprendre des autres et travailler en partenariat avec eux afin d’optimiser les systèmes d’acquisition de connaissances. Nous devrons adopter des approches plus ouvertes et des innovations qui permettent de connecter les personnes et de rendre le savoir accessible.

Une organisation de confiance
Sur la responsabilité envers les communautés

La Stratégie 2030 envisage la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge comme un réseau auquel les communautés, les personnes et les partenaires font confiance, dans lequel ils se sentent inclus, dont ils s’inspirent et dont ils veulent faire partie afin de susciter des changements positifs dans le monde. Il s’agit d’un réseau transparent et redevable envers les personnes et les communautés, les donateurs et les partenaires, et envers ses membres.

Nous sommes avant tout redevables envers les communautés que nous servons, une exigence rendue possible par notre présence et notre représentation. Dans toutes nos interactions avec les communautés, nous devons faire preuve d’intégrité, de transparence, d’humilité et d’honnêteté. Au cours des dix prochaines années, nous devrons maintenir et étendre notre présence dans les communautés du monde entier, en particulier celles qui sont isolées ou marginalisées. Nous devrons également nous assurer que nous sommes représentatifs des communautés dans lesquelles nous œuvrons et favoriser la participation des groupes susceptibles d’être sous-représentés à la prise de décisions. Nous respectons le droit des personnes de décider par elles-mêmes du type d’aide ou de soutien dont elles ont besoin dans leur contexte. Nous veillerons à ce que les communautés jouent un rôle moteur dans la conception et la mise en œuvre des initiatives, ainsi que dans le suivi et l’évaluation des programmes dont elles font partie. Il nous faudra pour cela passer, dans la mesure du possible, d’une approche participative à une approche conduite par les utilisateurs.

Nous ferons preuve de transparence, en particulier en ce qui concerne les informations que nous collectons, tout en protégeant dûment la confidentialité des données et des informations. Les informations relatives aux programmes seront mises à disposition des communautés sous des formes accessibles. Les informations recueillies seront consensuelles, de façon à ce que toutes les personnes comprennent de quelle manière leurs données seront utilisées et stockées et quelles pourraient être les retombées de ces mécanismes de collecte de données. Nous menons régulièrement des études afin de mieux comprendre comment la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge sont perçus et comment nous pouvons nous améliorer.

La sécurité, la protection et le bien-être des personnes qui sollicitent nos services et nos initiatives revêtent une importance capitale pour notre réseau. Nous investirons dans des systèmes et des approches qui favorisent et garantissent cette sécurité. Nous mettrons en place des mécanismes permettant aux communautés de faire part de leurs préoccupations ou de leurs commentaires de manière à la fois sûre et confidentielle, et améliorerons les mécanismes existants. Toute plainte formulée à l’encontre du personnel pour comportement répréhensible, corruption ou exploitation et abus sexuels, entre autres, sera traitée rapidement et avec fermeté, et nous veillerons à ce que les soins et l’appui nécessaires soient fournis à la victime, au survivant ou à la communauté touchée. La protection des lanceurs d’alerte fait partie intégrante de notre approche.

Sur la responsabilité envers les donateurs et les partenaires

Nous reconnaissons que les donateurs et les sympathisants nous font confiance pour utiliser leurs fonds et leurs ressources dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie des personnes touchées, et nous prenons au sérieux l’obligation d’en faire un usage efficace et à bon escient. Dans la poursuite de nos efforts visant à renforcer la transparence, nous publierons régulièrement des informations sur notre travail, en mettant en évidence les progrès et les défis et en invitant les lecteurs à nous faire part de leurs commentaires et de leurs idées pour renforcer nos services. Nous nous emploierons à mettre en place des mécanismes permettant un retour d’information direct, et notre forte présence en ligne contribuera à promouvoir l’accès à nos organisations et au réseau dans son ensemble et à favoriser le dialogue avec toutes les parties intéressées.

Nos systèmes de gestion financière seront ouverts. Nous publierons nos comptes vérifiés et feront des points réguliers sur la façon dont les fonds sont alloués et pourquoi, et sur la mesure dans laquelle ils atteignent leur cible.

Sur la responsabilité envers nous-mêmes

Nous continuerons également de faire preuve d’ouverture et de transparence au sujet des défis que posent la fraude et la corruption, et nous déploierons d’importants efforts de prévention, de détection, d’examen et de sanction de ces actes. Lorsque les Sociétés nationales ne respectent pas les valeurs et les pratiques éthiques auxquelles la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge sont tenus, les organes directeurs du réseau agiront avec résolution pour prendre les mesures correctives qui s’imposent. Ces mesures contribueront à renforcer l’importance que le réseau accorde à la confiance et à la redevabilité, et à rappeler que les actes d’une personne peuvent nuire au réseau humanitaire dans son ensemble.

Nous nous efforçons d’être redevables les uns envers les autres : envers les autres membres du réseau de la Fédération internationale et du Mouvement, et envers notre personnel et nos volontaires. Les dirigeants de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge incarneront les principes du Mouvement. Nos dirigeants – y compris les membres de la gouvernance – reflèteront le principe de diversité, et celui d’égalité de genre, et seront représentatifs des communautés avec lesquelles nous travaillons. Nous aspirons à une gouvernance hautement efficace et transparente, qui permette une surveillance ouverte de nos organisations et du réseau mondial.

Nous investirons dans notre personnel et nos volontaires, nous assumerons la responsabilité de leur bien-être et de leur développement, et nous veillerons à ce qu’ils disposent des compétences et des ressources nécessaires pour accomplir leur travail. Nos lieux de travail seront sûrs, et nous développerons les talents afin de garantir l’efficacité de notre réseau et l’obtention de hautes performances individuelles.

Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer la sécurité et la protection de nos volontaires, et en particulier de ceux qui œuvrent dans les situations de conflit et autres situations extrêmement dangereuses. Nous veillerons à ce qu’ils reçoivent la formation, les ressources et le soutien nécessaires pour faire leur travail et à ce que tout soit mis en œuvre pour que leur rôle et la neutralité de l’action humanitaire soient bien compris par les communautés, les institutions et les dirigeants. Dans le cas où des volontaires seraient blessés, tués ou exposés à la souffrance et à la détresse mentale, nous leur fournirons, ainsi qu’à leurs familles, des soins et un soutien professionnels pendant et après leur engagement auprès de notre réseau.

Volontaires et Jeunes
Sur les bénévoles

Les volontaires ont toujours été au cœur de l’action de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Fortes d’une base de volontaires solide et diversifiée, les Sociétés nationales , – et le réseau dans son ensemble – restent enracinées dans les communautés que nous servons et sont en mesure de fournir des services vitaux à une échelle qui serait inconcevable autrement. Nos volontaires sont issus des communautés que nous accompagnons, et les connaissances, la compassion, la motivation et la pertinence culturelle dont ils sont ainsi dotés les rendent extrêmement efficaces. Nous savons qu’une bonne gestion des volontaires peut contribuer à renforcer leur confiance en eux et leurs compétences, notamment sociales, et donner lieu à une action civique empreinte d’une plus grande empathie. L’esprit de volontariat imprègne l’ensemble de l’organisation, et nous devrons, au cours de la prochaine décennie, continuer de cultiver et de renforcer cet esprit. Nous continuerons de promouvoir des cultures qui célèbrent et encouragent le volontariat tant au sein de l’organisation qu’à une échelle plus large au sein de la société. Les dirigeants jouent un rôle crucial en aidant à bâtir des organisations pertinentes, respectueuses et solidaires qui contribuent à maintenir les structures de volontaires et leur présence dans tous les pays et régions, et en particulier dans les régions habituellement considérées comme « difficiles d’accès ».

Nous devrons continuer à renforcer nos approches sur de la gestion des volontaires, notamment en facilitant leur participation, en leur proposant des formations toujours plus poussées et en leur assurant soutien, reconnaissance et protection dans leur action, afin qu’ils se sentent valorisés et qu’ils prennent conscience de l’ampleur de leur impact, tant dans leurs communautés que dans le monde. Nous devrons préserver et étendre notre base de volontaires de façon à garantir la continuité des services essentiels fournis aux personnes vulnérables. Dans les années à venir, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge devront en outre réimaginer le volontariat et l’action civique du XXIe siècle, en créant un réseau beaucoup plus vaste et plus efficace d’humanitaires œuvrant pour le bien commun. Pour y parvenir, nous garderons l’esprit ouvert aux différentes formes que peut prendre le volontariat et à la façon dont il évolue, et nous développerons différentes approches du service volontaire destinées à compléter nos modèles et nos efforts actuels. Dans le cadre de notre approche plus ouverte et plus inclusive du volontariat, nous nous attacherons à mobiliser les énergies et les talents des groupes autoorganisés et des réseaux existants. Nous trouverons des moyens créatifs de mettre en relation les volontaires de tous les pays et de toutes les régions, afin de bâtir un réseau de volontaires œuvrant au-delà des frontières dans un effort commun. Pour ce faire, il faudra opérer une transformation globale pour s’éloigner de l’utilisation exclusive des volontaires aux fins de la prestation de nos services au profit d’un soutien accru aux efforts déployés par les personnes pour conduire le changement qu’elles souhaitent voir dans le monde.

Les innovations et les technologies rationaliseront l’accès au volontariat tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières, favoriseront l’apprentissage, permettront de concevoir des programmes plus efficaces pour faire face aux risques émergents (y compris les risques numériques), offriront une meilleure visibilité au travail des volontaires, et encourageront la réflexion et l’action collectives. Elles donneront lieu à de nouvelles approches du volontariat et de l’engagement en ligne, et mobiliseront un tout nouveau réseau de volontaires numériques menant des actions créatives.

Notre volontariat réimaginé sera beaucoup plus inclusif et diversifié et associera de nombreux groupes identitaires et démographiques différents. Il contribuera à réduire les obstacles au volontariat auxquels les femmes et les filles sont actuellement confrontées dans de nombreux pays, à renforcer la mobilisation des volontaires plus âgés et à faciliter la participation des personnes en situation de grande pauvreté, vivant dans des établissements informels et d’autres groupes qui n’auraient peut-être pas été en mesure de s’engager auprès de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge auparavant. Nous modifierons nos approches et nos systèmes pour mieux répondre aux besoins spécifiques de ces groupes. Notre volontariat réimaginé reflétera véritablement la riche diversité de notre monde et ouvrira la voie à de nouveaux partenariats qui contribueront à la réalisation de notre ambition.

Sur la jeunesse

Un leadership visionnaire, une adaptation intelligente et une certaine souplesse seront nécessaires pour faire en sorte que nos méthodes actuelles de gestion des volontaires continuent de se développer et de se renforcer, tout en laissant de la place aux nouvelles approches qui transformeront notre travail.

  • Embrace the strategy’s “platform for change” philosophy, with National Societies placing their focus on how to catalyse or support young people to generate their own ideas and mobilise for change.
  • Au niveau mondial, plus de la moitié des volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – environ 6 millions – sont des jeunes, dont la répartition est pour le moins inégale. Pourtant, en dehors de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les jeunes se mobilisent de manière impressionnante, créative et passionnée. Notre réseau a une occasion extraordinaire d’entrer en contact avec toute une nouvelle génération d’innovateurs communautaires et d’établir une relation solide avec eux.
  • La Stratégie 2030 envisage un réseau bâti sur le principe d’une « plateforme pour le changement », les Sociétés nationales se concentrant davantage sur la manière de catalyser ou de soutenir les efforts déployés par les jeunes pour générer leurs propres idées et aider leurs communautés à prospérer.
  • Nos organisations et le réseau dans son ensemble s’efforceront également d’aider les jeunes à développer les compétences et les valeurs dont ils auront besoin pour s’épanouir au XXIe siècle. Ces efforts pourront cibler notamment l’esprit d’entreprise, le règlement des différends, la créativité, la résolution des problèmes et la communication.
  • Pour ce faire, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge doivent devenir plus ouverts et plus accessibles aux jeunes, en établissant des cultures et des espaces conçus et conduits par eux, qui seront moins bureaucratiques et offriront des possibilités d’action plus directes.
Influencer l'action humanitaire
La Stratégie 2030 reconnaît l’importance cruciale de notre neutralité ; toutefois, être neutre ne signifie pas garder le silence. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge doivent, tant individuellement que collectivement, avoir le courage de faire entendre leur voix et de plaider en faveur des communautés qu’ils accompagnent et de la cause plus vaste de l’humanité.

Nous reconnaissons que les défis auxquels nous sommes confrontés sont complexes et multidimensionnels. Pour les relever, nous devrons adopter une approche systémique, qui exigera de mener des activités de sensibilisation, de diplomatie humanitaire et de communication au sujet de notre action. Nous devrons parfois travailler en collaboration avec nos partenaires et joindre notre voix à celle d’autres acteurs et réseaux pour influencer les pratiques et les politiques qui soutiennent les communautés vulnérables et qui donnent aux personnes l’accès aux possibilités dont elles ont besoin pour prospérer.

Nous continuerons de promouvoir et de défendre le droit international humanitaire ; nous veillerons à ce que les lois et les normes mondiales évoluent au même rythme que les contextes ; et nous mettrons l’accent sur la recherche, le leadership éclairé et le plaidoyer pour influencer les normes et les lois mondiales régissant les interventions en cas de catastrophe ou de crise, et ce à l’échelle tant nationale que mondiale.

Nous faciliterons les processus qui permettent aux communautés et aux personnes de faire entendre directement leur voix et de faire leurs propres choix. Lorsque cela n’est pas possible, nous ne parlerons au nom des communautés que si nos messages sont dictés par elles, en utilisant notre accès et nos réseaux extraordinaires dans leur intérêt. Nous intensifierons nos efforts visant à mettre en évidence et à communiquer clairement les causes que nous soutenons, l’action que nous menons et ce en quoi nous croyons, afin que ceux qui partagent les mêmes valeurs et aspirations puissent plus facilement s’identifier à notre cause, s’intéresser à notre travail et s’associer à nos efforts ou s’en inspirer pour mener leur propre action. Nous nous ferons davantage entendre dans les espaces numériques et nous mettrons au point des approches créatives pour toucher un public beaucoup plus large. Dans les efforts de changement que nous déploierons pour que la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge intègrent les actions menées par les personnes, qui jouent un rôle catalyseur, mobilisateur et fédérateur et offrent ainsi un outil clé pour favoriser le volontariat civique, nous devrons permettre aux volontaires et aux jeunes de faire entendre leur voix et de défendre les valeurs auxquelles nous croyons et les causes qui leur tiennent à cœur. Un réseau comme le nôtre, qui est idéalement placé pour exercer une influence considérable sur les décideurs du monde entier, a la responsabilité manifeste de se mobiliser autour des questions les plus pressantes pour notre humanité collective.

Passer à l’ère numérique
Au cours des dix prochaines années, la capacité d’expérimenter de nouvelles technologies et d’adopter des pratiques numériques efficaces et éthiques aura un rôle crucial pour la pertinence et l’efficacité de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Les technologies contribueront à mettre en place un tout nouveau type d’action humanitaire au cours des années à venir, et notre réseau est déterminé à entreprendre et à soutenir cette transformation. Une intégration plus efficace des technologies émergentes, des compétences nouvelles et de la culture numérique permettra au réseau de tirer le meilleur parti de l’intelligence collective et de faciliter l’accès à l’information. En outre, elle nous permettra de tester un plus large éventail de technologies émergentes susceptibles d’accroître l’efficacité et l’impact de notre action. Enfin, elle nous permettra de nous convertir en un réseau d’apprentissage appuyé par des dirigeants et des partenaires mus par un esprit novateur et déterminés à promouvoir une culture fondée sur l’expérimentation et l’apprentissage. Ce passage à l’ère numérique pourra entraîner des changements sociaux importants, car il ouvrira la voie à de nouvelles méthodes de travail et à de nouveaux services, à des modèles de prévision plus performants, à une meilleure compréhension des vulnérabilités et des risques émergents, et à l’amélioration des résultats.

Cependant, ces possibilités s’accompagnent de nouveaux risques, dont le réseau doit être conscient et auxquels il doit rechercher des solutions communes. Ces risques concernent notamment l’éthique dans le monde numérique, la protection des données, la sécurité de l’information, les droits d’accès aux données, la pauvreté numérique, l’isolement numérique, les guerres cybernétiques, les biais inhérents aux outils technologiques et le fossé numérique. Ces nouveaux risques auront de vastes conséquences, et leur atténuation exigera des efforts concertés de la part du secteur privé, des gouvernements et de la société civile, afin notamment de garantir que les principes et les valeurs humanitaires sont respectés à toutes les étapes.

Le passage à l’ère numérique exigera du réseau dans son ensemble qu’il opère des changements significatifs, des investissements devant être réalisés pour intégrer les technologies numériques et émergentes dans nos organisations. Il s’agira notamment d’autoriser une plus grande appétence pour le risque sans compromettre la solidité des systèmes de respect de l’intégrité et de redevabilité, et de veiller à ce que les informations et les données d’analyse qui ressortiront de l’utilisation des technologies et des innovations orientent efficacement la prise des décisions stratégiques et opérationnelles à tous les niveaux. Le réseau devra investir dans le passage à l’ère numérique et nouer des partenariats ciblés avec des acteurs actifs dans le domaine des technologies, le secteur privé, les gouvernements, les milieux universitaires et la société civile pour l’aider dans cet effort. Nous donnerons la priorité à l’accès de toutes les Sociétés nationales à une connectivité mobile et numérique afin de soutenir le passage d’un leadership international à un leadership local, combler le fossé numérique et continuer de mettre l’accent sur les communautés vulnérables exposées au risque d’isolement numérique, ce qui exigera d’adopter une stratégie d’investissement spécifique. La culture des données et la maîtrise du numérique doivent être promues dans l’ensemble du réseau, les investissements correspondants doivent être faits dans la formation du personnel et des dirigeants, dans le recrutement de personnes qualifiées et dans la participation aux réseaux et aux partenariats susceptibles de contribuer à accélérer notre apprentissage et le développement de nos capacités. Dans le même temps, des investissements devront être réalisés dans l’atténuation des risques numériques dans tous les domaines d’activité afin de s’assurer que le passage à l’ère numérique ne renforce pas les inégalités existantes.

L’avenir du financement
La Stratégie 2030 préconise des investissements considérablement accrus dans de multiples domaines qui exigeront une nouvelle approche du financement. L’accent mis sur la performance s’appuie sur deux moteurs principaux. Premièrement, il est urgent d’attirer de nouveaux donateurs ainsi que de développer et de diversifier les sources de financement des Sociétés nationales qui risquent d’être laissées pour compte et, deuxièmement, il est crucial de garantir l’indépendance d’action. Si une organisation dépend trop d’une ou d’un petit nombre de sources de financement, son action risque d’être dirigée par les acteurs qui lui fournissent les fonds.

  1. Un portefeuille de financement plus diversifié peut favoriser une plus grande indépendance d’action, telle qu’elle est énoncée dans les Principes fondamentaux du Mouvement, et une interaction et une collaboration accrues avec un plus grand nombre d’acteurs. Un financement diversifié peut également permettre de transférer les risques ou de les répartir entre de nombreux partenaires, et offrir des possibilités d’attirer des donateurs nouveaux ou différents.
  2. La Stratégie 2030 propose deux grands axes de travail. Premièrement : mettre en place une stratégie d’investissement efficace et coordonnée pour aider les Sociétés nationales à renforcer leurs approches en matière de mobilisation de ressources, dans le cadre plus large du développement des Sociétés nationales, en collaboration avec les partenaires du Mouvement.

Cette stratégie portera notamment sur les investissements financiers, l’appui technique et les autres ressources. Le réseau mènera des efforts coordonnés pour s’assurer que les ressources et les compétences disponibles sont investies de manière efficace et stratégique de façon à optimiser leur impact. Les efforts de mobilisation de ressources s‘inscriront dans les efforts plus larges de développement des Sociétés nationales. Le seul fait de cibler les efforts de collecte de fonds ne suffira pas à obtenir d’importants résultats s’ils ne s’accompagnent pas d’efforts pour améliorer la confiance, la redevabilité, la gestion financière, la gouvernance, le rendement des programmes et la communication. Nous devons renforcer notre capacité de détecter les possibilités intéressantes à la fois sur le plan du financement et de la création de perspectives nouvelles qui répondent à nos objectifs humanitaires, sociaux et de développement. Nous devrons réexaminer et reconsidérer les règles qui régissent la mobilisation de ressources au sein de notre réseau afin de promouvoir des initiatives plus larges et transfrontalières. Tandis que les modes de financement évoluent, tout comme les technologies et les attentes du public et des donateurs, qui appellent à des dons plus directs et plus transparents, les activités bien protégées de mobilisation de ressources menées au niveau national devront s’ouvrir aux nouvelles possibilités. Les solutions et les mécanismes tels que le financement participatif, les dons directs, les instruments financiers à plusieurs niveaux, les envois de fonds et le financement des risques par plusieurs pays conduiront le réseau de la Fédération internationale à adopter de nouveaux principes et de nouveaux modes de coopération.

Deuxièmement : élargir le champ d’action de la collecte de fonds au financement et à l’investissement dans la recherche de mécanismes de financement nouveaux et innovants, dont les possibilités offertes par les technologies financières.

Plusieurs nouveaux modèles de financement prennent de l’ampleur, à la fois sur le plan de la taille du marché, des opérations et de la façon dont ils servent les communautés. Les outils de financement innovants vont au-delà de la seule collecte de fonds pour inclure également le renforcement des capacités, l’exploration de multiples modèles d’action et la mise en place de méthodes de travail et de partenariats entièrement nouveaux au sein du réseau. Les outils de financement représentent un investissement dans l’efficacité de nos organisations et du réseau dans son ensemble. Cependant, la diversification de nos approches de financement est une opération complexe qui exigera de réaliser des investissements initiaux importants et de reconnaître qu’elle imposera des changements en ce qui concerne les entités avec lesquelles nous formerons des partenariats, les compétences requises, la façon dont nous collaborerons avec nos partenaires, la façon dont nous concevrons et gérerons nos services, et la façon dont nous gérerons nos finances.

0 commentaires

Disponible en: Anglais

Share This